(Mis à jour le: 7 juin 2019)
Sels exotiques : qu’ont-ils de différent par rapport au sel de table classique ?
5 (100%) 1 vote[s]

Ces dernières années, l’univers culinaire ne parle plus que des sels exotiques, un nouveau filon diraient les économistes. De quoi s’agit-il réellement et qu’est-ce qu’ils ont de si différent par rapport au sel de table classique que l’on utilise depuis toujours ?

Les sels exotiques : les sels venus d’ailleurs

Les sels exotiques c'est quoi ?

Aujourd’hui, l’exotisme a tellement le vent en poupe qu’on a fini par nous proposer du sel exotique. En gros, il s’agit d’un sel qui assaisonne la nourriture, mais qui vient de terres lointaines parfois du Pérou, d’Hawaï, d’Australie, de Madagascar, de Chypre, de la Bolivie, de l’Himalaya, … bref, des destinations toutes réputées pour leur côté et leurs produits exotiques, le sel compris.

Attention toutefois, certains de ces sels spéciaux sont parfois issus de la Métropole même, mais auxquels on associe des épices et autres ingrédients exotiques pour obtenir cette qualification d’« exotique ».

Cela signifie que malgré leur prix d’or, ce sont parfois des produits issus près de chez nous, mais avec quelques ingrédients de luxe en plus.

Les sels exotiques : plus de vertus que le sel classique ?

Tout savoir sur les sels exotiques

Les sels exotiques sont aujourd’hui considérés comme des produits de grand luxe et on comprend pourquoi puisque les grands chefs eux-mêmes s’émerveillent de leur goût exotique et de l’effet qu’ils apportent à leur plat.

En effet, comment ne pas s’extasier devant ce sel noir d’Hawaï qui donne une touche contrastée à nos filets de poissons rosés comme la truite saumonée ou d’un blanc immaculé ? Comment ne pas être séduit par ce grain de sel appelé Murray River issu d’Australie qui fond agréablement sur la langue ? Et que dire de ce sel rose issu de l’Himalaya qui apporte une note colorée dans l’assiette ou encore ce sel bleu de Perse qui, avouons-le, est du plus bel effet sur nos viandes et autres grillades ?

Bref, les sels exotiques font rêver non pas seulement au niveau de leur goût, mais aussi de leur effet décoratif.

Peut-on toutefois dire qu’ils ont plus de vertus que notre bon vieux sel de table classique ?

Selon les scientifiques qui les ont étudiés de près, la réponse est « Non ». En effet, d’après leurs recherches, ils ont découvert que ces sels dits spéciaux contiennent entre 83 à 99 % de chlorure de sodium ou NaCl. Cela signifie que leur principal composant n’est autre que notre sel de table classique.

Toutefois, après comparaison entre les deux, ils ont pu déterminer que le NaCl contenu dans le sel de table classique était plus pur que celui contenu dans les sels exotiques et pour cause : ces derniers sont mélangés à d’autres composants absents chez le sel classique.

Quels sont-ils ?

Les sels exotiques et leurs vertus

Il y a d’abord l’uranium, l’aluminium et le cadmium. Ce sont des substances généralement dangereuses, mais leur teneur dans les sels exotiques est tellement faible qu’ils ne nous exposent à aucun danger en particulier. Leur simple présence suffit néanmoins à dire qu’ils ne sont pas plus sains que le sel de table.

N’y a-t-il vraiment aucun autre nutriment bénéfique qu’ils auraient par rapport au sel de table ?

Face à la présence de ces substances, les scientifiques ont poussé leurs recherches plus loin dans l’espoir de trouver, cette fois, des nutriments plus sains. Au bout d’un certain nombre d’études, ils ont découvert que les sels exotiques contenaient des oligo-éléments ainsi que des substances minérales, mais leur quantité est si faible qu’ils paraissent absents et n’ont aucune valeur nutritionnelle pour notre organisme.

Seuls le sel bleu de Perse et le sel rose d’Himalaya font figure de bons élèves, car le premier contient une quantité appréciable de potassium tandis que le second contient du fer. Plus leur couleur est foncée, plus la quantité en ces nutriments est élevée.

En troisième place des bons élèves, on retrouve le sel iodé qui se compose d’iode. Rappelons que certaines formules ont été volontairement enrichies en iode pour combattre les maladies liées à une carence en ce nutriment. Et comme on parle de ce type de sel iodé, sachez que le sel de mer n’en contient qu’une petite quantité ce qui signifie qu’on ne peut pas le qualifier de sel iodé.

Les différents types de sels exotiques

Les sels exotiques : ce qu'il faut savoir

Maintenant qu’on a fait le point sur les vertus des sels exotiques, voici maintenant les différents types qui existent aujourd’hui sur le marché :

  • Le sel gris de mer : il s’agit de notre classique sel blanc, mais qui n’a pas été raffiné ce qui lui confère plus de nutriments
  • Les perles de sel de Djibouti : ce sel a été découvert tel quel sur le lac d’Assal, sous forme de petites billes rondes. Ce sont les ressacs des vagues sur la grève qui leur ont donné cette forme, très décorative dans nos assiettes
  • Le givre de sel d’Egypte : c’est tout au fond du désert égyptien, entre la ville de Qasr el Farafra et l’oasis de Bahariya que ce sel est produit. Dans l’assiette, ils forment des petites lamelles givrées très décoratives qui fondent lentement sur les plats chauds
  • Le sel noir de Chypre : leur couleur apporte une touche originale à nos assiettes tandis que leur forme apporte du croquant aux plats. Il contient du sel et du charbon actif d’où cette teinte
  • Le sel rouge Alaea du Pacifique : sa couleur lui est fournie par les Alaea, une argile volcanique considérée comme sacrée dans l’archipel d’Hawaï
  • Le sel rose d’Himalaya : c’est un sel non raffiné issu de gisements situés entre 400 à 700 m de profondeur. C’est sa teneur en fer qui lui confère sa couleur
  • La fleur de sel d’Ifaty à Madagascar : c’est un sel sans aucun additif et donc 100 % naturel. Il est d’une grande pureté et est récolté à la surface des bassins d’argile des marais d’Ifaty suite à l’évaporation de l’eau sous l’effet du vent et du soleil
  • Le sel miroir de la Bolivie : il provient du fameux Salar d’Uyuni, un vaste désert de sel situé à 4 000 m d’altitude. En savoir plus sur le Salar d’Uyuni
  • Le sel de Murray River : ce dernier est très en vogue actuellement. Il provient du fleuve Murray et plus précisément des bassins salins de Murray Darling en Australie. Le grain a une légère teinte rouge à cause de l’algue rouge qui pousse dans les eaux du fleuve
  • Le sel bleu de Perse : il est qualifié de sel gemme puisque provient de la fossilisation des mers préhistoriques. Il est issu des mines de sel d’Iran
  • Le sel noir d’Hawaï : c’est un sel pur ayant des propriétés détoxifiantes

Et la liste est encore longue avec le Black lava de Palm Island, le sel Viking, le sel de Maldon, le sel de Maras, le sel Halen Môn, …

Quel que soit le sel qui vous a séduit, prenez soin à ne pas en abuser surtout que certains d’entre eux sont plus salants que d’autres.