Le Nord-Pas de Calais fait son entrée dans l’univers de la gastronomie régionale, bien qu’’il soit un peu en retard par rapport à la Bretagne et à l’Alsace qui se sont déjà faits un nom dans le domaine depuis plusieurs années. Le Nord tient aujourd’hui l’attention des éditeurs culinaires depuis l’apparition de la fameuse « cuisine ch’ti » jusqu’à la préparation de recettes typiquement nordiques de la France.

Wiener-Schnitzel02

Le premier répertoire des cuisines régionales apparait en 1930, écrit par Alain Bourguignon, le directeur du restaurant parisien « L’Ecu de France ». Toutes les recettes qui ont marqué les régions et qui ont fait leur renommée sont retrouvées dans cet Atlas gastronomique des provinces de France depuis celles de l’Alsace, du sud du pays et de l’ouest mais rien n’a été trouvé concernant le nord français. A cause de cela, certains parlent d’un désert culinaire en évoquant cette région pourtant riche en produits du terroir, des produits pourvus en plus de la deuxième meilleure qualité locale après la Bretagne. D’autres auteurs pensent que la région n’est pas un lieu gastronomique puisque les restaurants proposent juste à manger et non des plats gastronomiques. Ceci est d’autant plus renforcé par le fait que les lieux de restaurations de la région sont plus usités pour boire que pour manger, ce qui ne permet pas l’apparition de grande gastronomie.

Les débuts de la cuisine régionale française

Parmi les grands auteurs qui ont participé à la promotion de la cuisine familiale et de la gastronomie régionale, on retrouve Jacques Messiant, auteur de Traditions culinaires de l’Houtland en 1983 et qui sera récompensé du Grand prix Art et création dans la capitale française. La cuisine traditionnelle française sera ensuite écrite par le même auteur pour parler d’une vingtaine d’autres recettes qui lui permettront de participer à l’Inventaire du patrimoine culinaire du Nord en 1992 et huit ans plus tard, Jacques Messiant rédige aussi auprès des Meilleures recettes des terroirs de France ainsi que dans l’encyclopédie appelée La bonne cuisine de nos terroirs de Paul Bocuse.

Le succès des cuisines régionales est renforcé par les médias et la télévision qui apportent son grain de sel en diffusant des émissions purement culinaires. Parmi celles qui ont eu un franc succès, il y a l’émission de Pierrot de Lille qui s’intitule « Goûtez-moi ça » de France 3. L’émission mettra sur écrit ses recettes dans des livres de cuisines qui se vendront à plus de 35 000 exemplaires et parmi les régions représentées dans ces ouvrages, le Nord est découvert par Patrick Villechaize qui ressent une attraction particulière pour le Nord-Pas de Calais. Il part à la rencontre des plus grands chefs de la région notamment Ghislaine Arabian avec des recettes qui ont rempli le livre La Flandre gourmande ou encore Marc Meurin pour Recettes de chef.

Le succès de la cuisine ch’ti

La région du Nord tient son premier succès à partir de l’apparition de la marque « ch’ti » dans les cuisines. Cette mention provient du fameux film « Bienvenue chez les Ch’tis ». Dès lors, les petites habitudes gastronomiques du film sont adoptées par plus de 21 millions de téléspectateurs, une situation que les éditeurs ne manqueront pas de remarquer et qu’ils représentent comme la clé du succès de la cuisine régionale du Nord. Plusieurs recettes apparaissent au fur et à mesure que l’expression « ch’ti » se fait connaitre dans toute la France. Un des premiers succès, Eul cuisine ch’ti est écrit en 2008 avec plus de 14 000 exemplaires vendus. D’autres titres comme A table chez des Ch’tis ou encore Craquez pour la cuisine des Ch’tis permet aux auteurs de s’apercevoir du franc succès que provoque cette simple expression, un engouement qui ne tarira pas puisque jusqu’à aujourd’hui, le nom est toujours présent sur les livres de cuisines. Les gens savent qu’au menu, les chefs présenteront des plats succulents faciles à cuisiner. Jacques Messiant, quant à lui refuse de faire paraitre ce succès ch’ti sur une de ses recettes car il pense que ce concept est plus commercial qu’authentique.

Le terroir riche du Nord

La particularité d’une recette régionale, selon Patrick Villechaize, c’est d’utiliser des produits du terroir venant de la région en question. Marie Boucher complète cette idée en apportant une importance sur le talent d’un chef à revisiter une recette traditionnelle. Elle émet alors l’idée de recettes repensées inspirées de celles traditionnellement cuisinées. L’auteur a déjà écrit plusieurs ouvrages qui ont tous eu un succès important dans leur région d’origine mais également ailleurs. Il en est de même pour Sabine Bucquet-Grenet qui a pu se faire connaitre à partir de ses trois livres culinaires sur la région du Nord. Elle découvre les plats à base de maroilles, de spéculoos ou encore d’endive, des produits typiques de cette région. Un autre ouvrage sur la vergeoise est en phase de publication, un livre écrit par Sonia Ezgulian, une Lyonnaise passionnée du Nord.

La cuisine régionale sera comptée par la nouvelle antenne de Ouest France éditions à Lille qui a déjà fait paraitre des écrits sur les produits et les chefs. A part cela, Hervé Chirault fera paraitre d’ici peu deux ouvrages culinaires qu’il a intitulé Trop bon … l’endive et L’audace me cuisine qui mettront encore une fois en avant les produits nordiques et à partir desquels il exprime son désir de découvrir les véritables richesses culinaires encore inconnues de la région.