(Mis à jour le: 25 mars 2019)
L’ail : l’ingrédient indispensable de toute cuisine
5 (100%) 2 votes

l'ail et la santé

L’ail fait partie des condiments de base les plus populaires dans les cuisines du monde entier, je dirais même que c’est un ingrédient indispensable à surtout avoir chez soi, car en plus de son utilisation dans la plupart des recettes, il possède également des vertus diverses.

L’ail : qu’est-ce que c’est ?

C’est une espèce de plante potagère vivace monocotylédone composé de bulbes. Il dégage une forte odeur et possède un goût très fort. On utilise la tête de l’ail qui est composée de petits bulbes appelés gousses d’ail comme condiment en cuisine. L’ail existe en plusieurs variétés.

L’ail se cultive depuis des millénaires, elle est dans la catégorie des « Allium », son nom scientifique est d’ailleurs « Allium sativum ».

L’ail : d’où vient-il ?

L’ail est originaire de l’Asie Centrale, plus précisément d’Inde et de Caucase.

Lire aussi :

L’ail : que raconte-t-on à son propos ?

L’ail : l’ingrédient indispensable de toute cuisine

L’ail était très prisé depuis l’antiquité, surtout par les Chaldéens et les Egyptiens, qui eux en donnaient aux esclaves qui construisaient les pyramides à l’époque. Les Grecs et les Romains n’étaient pas en reste, d’ailleurs l’ail se consommait à volonté surtout au petit déjeuné à Rome, on frotté le pain avec. Au Moyen Age, les Gaulois aussi étaient réputés pour être de grands consommateurs d’ail.

L’ail : à quelle période de l’année se fait sa récolte ?

Normalement, la récolte de l’ail d’effectue de juin à juillet. Et on les retrouve sur le marché de juin à décembre pour les variétés « ail blanc » et « ail violet », cultivées en automne et du mois d’août en avril pour les variétés roses, celles qui ont une durée de conservation beaucoup plus longue.

L’ail : quelles sont ses différentes variétés ?

Depuis des siècles, on distingue l’ail selon la couleur de ses bulbes. Aujourd’hui cependant, on les classe selon leur période de plantation :

Les variétés automnales

Ce sont ceux qui sont recouvertes d’une enveloppe blanche avec une sous-enveloppe blanc nacré la plupart du temps. Ce type d’ail est planté à l’automne puis récolté en été. Il se conserve jusqu’au mois de décembre. Les plus courants sont les ails à grosses gousses, mais peu nombreuses tels que la Messidrôme, la Thermidrôme et la Germidour.

Les variétés alternatives

Ces variétés-ci se cultivent en automne comme au printemps, c’est selon. Elles sont enveloppées d’une peau rosée qui renferme de nombreuses petites gousses brillantes de couleur ivoire. Elles sont récoltées en été également, mais par contre, peuvent se conserver jusqu’au mois d’avril. Les plus courantes sont la Fructidor et la Printanor.

L’ail : comment l’utiliser en cuisine ?

Voici donc tout ce qu’il y a à savoir sur son utilisation en cuisine.

Comment le choisir ?

Pour faire votre choix, vous devez prendre l’ail par la tête et le palper avec vos doigts. Des gousses d’ail bien fraîches sont celles qui sont bombées et fermes. Si elles sont moues et/ou qu’il y a des germes verts qui dépassent, c’est que votre ail n’est plus du tout bon.

Comment le conserver ?

Pour une bonne conservation de votre ail, pensez à le mettre dans un endroit sec, à l’abri de la lumière et à température ambiante. Comme cela, il peut se conserver de six mois à un an. S’il s’agit d’ail nouveau, pas encore séché, mettez-le plutôt avec les légumes au frais pour quelques jours.

Comment le préparer ?

Ail

L’ail se consomme sous toutes ses formes, cru, cuit ou confit. Il est souvent utilisé comme ingrédient de base d’une sauce. Avant de l’utiliser, il faut d’abord enlever sa peau. Voici donc un rapide conseil pour ceux qui veulent éviter que celle-ci et l’odeur ne reste sur leurs doigts, vous pouvez soit :

  • Prendre la gousse d’ail, l’écraser légèrement avec le poing et la peau peut s’enlever facilement.
  • Placer la gousse d’ail dans un bocal vide ou un shaker et secouer jusqu’à ce que la peau parte.
  • Verser de l’eau froide dans un saladier, puis laissez-y tremper les gousses pour 5 min environ. Cela fera en sorte que la peau s’assouplisse assez pour être retirer avec facilité.

En ce qui concerne l’odeur, vous pouvez frotter vos doigts sur de l’inox mouillé pour la faire partir. Et si vous appréhendez la mauvaise haleine qu’il provoque, pensez à enlever le germe et à laisser reposer la préparation une quinzaine de minute avant de le consommer.

Comment le cuisiner ?

On peut utiliser l’ail de différentes manières en cuisine, cela dépend surtout des recettes que vous voulez préparer.

Il peut se cuire en chemise, c’est-à-dire avec la peau en accompagnement des plats cuisinés au four. Il n’en sera que plus doux et plus fondant.

Il peut aussi se faire hacher ou écraser avant de se faire revenir dans de l’huile ou du beurre pour les plats sautés.

Il peut aussi se faire frotter sur du pain pour le parfumer, mélanger aux sauces vinaigrettes ou aux salades diverses.

On peut en faire une sauce tout à fait méditerranéenne que l’on nomme persillade, un mélange d’ail et de persil écrasé accompagné d’huile d’olive pure.

L’ail : pourquoi doit on en consommer ?

Il paraît que grâce à l’enzyme « alliinase » qu’il contient, une consommation régulière de l’ail réduire à moitié le risque de cancer du côlon, de l’estomac et du rectum. il contient en autre les vitamines A, B1, B2, B6, et C, les minéraux fer, zinc, potassium, phosphore, l’antibiotique « ajoène » ainsi que de l’inuline. A noter que l’inuline est un pré biotique stimulant le développement des bactéries bénéfiques à la flore intestinale.

Par ailleurs, les professionnels de la santé recommandent de consommer quotidiennement 4g d’ail frais, soit l’équivalent de deux gousses de petite taille par personne.

L’ail : quelles sont ses vertus et ses propriétés médicinales ?

L’ai

Selon le proverbe provençal qui dit que « L’ail est à la santé ce que le parfum est à la rose. », l’ail est donc très bénéfique à la santé de l’homme. Il possède des vertus thérapeutiques et on peut donc l’utiliser :

  • Contre le rhume et la toux: à titre de prévention, prenez quatre gousses d’ail frais par jour durant l’hiver. C’est un anti-infectieux puissant, car il a des propriétés de décongestionnant nasal et expectorantes.
  • Pour prévenir du cancer colorectal : quatre gousses d’ail frais par jour permet de réduire à moitié le risque de cancer de l’estomac, du côlon et du rectum selon plusieurs études scientifiques récentes.
  • Contre l’hypertension : l’ail a un effet fluidifiant du sang et permet donc une baisse de la tension artérielle. Il peut aussi aider pour la lutte contre la formation de caillot dans le sang, maladie appelée athérosclérose. La posologie est de trois gousses d’ail frais par jour. Cela permet de réduire le risque des problèmes cardiovasculaires. En augmentant le niveau des lipoprotéines, il réduit le cholestérol dans le sang et permet de préserver les artères et le cœur.
  • Contre les mycoses des pieds : appliquer de l’ail frais directement sur la peau peut causer des irritations ou eczémas, donc prenez plutôt une crème contenant 1 % d’ajoène. Dans certains cas cependant, l’ail peut être utilisé comme un antiseptique naturel et facilite la guérison des plaies externes.
  • Antiseptique interne : il peut nettoyer le système digestif, guérir les flatulences et éliminer les parasites internes.

 Lire également – Quelques conseils alimentaires pour une année saine

L’ail : quelles sont les contres indications ?

Malgré ses nombreuses vertus, l’ail est déconseillé pour :

  • Une personne devant subir une intervention chirurgicale dans les 48h et 48h après également.
  • Une personne sujette aux brûlures d’estomac.
  • Une personne sous traitement anticoagulant.
  • Une personne atteint de porphyrie ou d’anémie.
  • Une femme enceinte ou qui allaite son bébé.